dévêtement


dévêtement

⇒DÉVÊTEMENT, subst. masc.
Action de se dévêtir; résultat de cette action :
1. C'est lui [le peintre Moronobou] qui le premier a annoncé l'acte d'amour par un petit dévêtement du bout de l'épaule de la femme, une chaste et délicate indication de ce qui va se passer bientôt entre la femme et l'homme.
GONCOURT, Journal, 1885, p. 507.
2. À présent, je sais que le plus intime et le plus cher moi-même ne connaît la femme que comme une mère avec une robe. J'attends, sans y penser, le chaste dévêtement.
ALAIN-FOURNIER, Corresp. [avec J. Rivière], 1907, p. 83.
P. métaph. :
3. Vous regardez monter la lourde ingratitude.
Et ce dévêtement de la vénalité.
PÉGUY, Ève, 1913, p. 743.
Rem. 1. Dans ce sens également on rencontre ds la docum. la forme dévêtissement. La température ce qui conditionne le dévêtissement et la composition de la mise en train (R. VUILLEMIN, Memento Éduc. phys., 1941, p. 62). P. métaph. Elle [l'humanité] tend à un dévêtissement... à une désinvolture complète (PROUDHON, La Révolution sociale démontrée par le coup d'État du 2 décembre, 1852, p. 38). 2. Les dict. avec la mention ,,vieilli`` indiquent seulement sous cette graphie : Dr. Action de se dessaisir d'un bien en faveur de quelqu'un. Le dévêtissement de ses biens en faveur de ses enfants (Ac. 1835, 1878).
Prononc. et Orth. Seule transcr. ds LITTRÉ : dé-vê-te-man. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1300 devestement « action de se dessaisir de quelque chose » (Chart. de Philippe le Bel, Richel. 1. 9785, f° 54 v° ds GDF.) — 1448 (Cart. Esdr. de Corb., Richel. 1. 17760, f° 9 r°, ibid.); 2. 1375 « action de se dévêtir » (Moulins, Arch. P 1355, ibid.); 1572 (AMYOT, De Isis et d'Osiris, 39 ds HUG. [ici au fig., en parlant d'arbres]); à nouv. en 1845 (BESCH.). II. 1. 1314 devestissement « action de se dessaisir de quelque chose » (Arch. nat. L 764 ds GDF. Compl.), attest. isolée, à nouv. av. 1701 (C. B. ds FUR.); 2. 1845 « action de se dévêtir » (BESCH.). Dér. du rad. de dévêtir; I suff. -(e)ment1, II suff. -(isse)ment1. Fréq. abs. littér. :7.

dévêtement [devɛtmɑ̃] n. m.
ÉTYM. 1375, repris 1845; devestement « action de se dessaisir », v. 1300; de dévêtir.
Rare. Action de se dévêtir. Déshabillage.
0 (…) ses contorsions (de Salomé) n'avaient rien d'excitant; en fait de dévêtement en progression savante, sa danse des sept voiles était une escroquerie.
M. Leiris, l'Âge d'homme, p. 108.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • dévêtement — (dé vê te man) s. m. Action de dévêtir ; état de ce qui est dévêtu. ÉTYMOLOGIE    Dévêtir. SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE    DÉVÊTEMENT. Ajoutez : HIST. XVe s. •   Elles avoient donnez leurs joyaulx et leurs habits de si grant cuer aux chevaliers, qu …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • dénudé — dénudé, ée [ denyde ] adj. • déb. XIXe; de dénuder ♦ Mis à nu; dépouillé (de ce qui recouvre). Arbre dénudé. Crâne dénudé, dégarni. « les longs espaces dénudés qu on appelle le Désert d Ermenonville » (Nerval). Fil électrique dénudé, dépourvu de… …   Encyclopédie Universelle

  • gentil — 1. gentil [ ʒɑ̃ti ] n. m. • 1488; lat. gentiles « étrangers, païens » ♦ Hist. relig. Nom que les juifs et les premiers chrétiens donnaient aux païens. ⇒ infidèle; gentilité. Saint Paul, l apôtre des gentils. gentil 2. gentil, ille [ ʒɑ̃ti, ij ]… …   Encyclopédie Universelle

  • affouillerie — ⇒AFFOUILLERIE, subst. fém. Néol. d aut., péj. Dégradation, dévastation : • Ce qui partout ailleurs est une écorcherie N est ici qu un modeste et beau dévêtement; Ce qui partout ailleurs est une affouillerie N est ici qu un durable et sûr… …   Encyclopédie Universelle

  • dévêtissement — [devetismɑ̃] n. m. ÉTYM. 1314; de dévêtir. ❖ 1 Vx. Dr. Action de se dessaisir d un bien. 2 (1845). Rare. Action de se dévêtir. ⇒ Dévêtement …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.